Communiqué de Presse - 13 janvier 2013

>> Retour à la liste des communiqués de presse


Baromètre de la location meublée à Paris 4ème trimestre 2013 :
Les loyers des meublés parisiens s’autorégulent


Avec une hausse limitée à 0,17 % sur l’année 2012, les loyers des meublés à Paris ont fait preuve d’une grande sagesse. C’est très nettement moins que l’IRL (l’indice de référence des loyers), qui a augmenté de 1,88 % sur un an au 4e trimestre 2012. C’est aussi moins que la hausse des loyers des locations nues, qui ont progressés de 0,70 %.

Dans le détail, et toujours sur un an, les loyers des meublés progressent encore un peu (+ 1,40 %) dans les arrondissements les plus recherchés (I à VIII) mais ils approchent de la stabilité dans l’ouest Parisien (+ 0,82 %) et se replient nettement dans les arrondissements hors centre (- 1,60 %). Cette évolution différenciée des loyers dans la capitale est bien le signe de leur autorégulation par le marché.


Des locataires venus en majorité pour affaires

A 80 %, les locataires en meublé arrivés dans la capitale au cours du 4e trimestre 2012 sont venus pour suivre des études (30 %) ou pour des raisons professionnelles (50 %). Cette dernière raison représente donc la moitié des locations meublées du trimestre et atteste du besoin grandissant des entreprises qui cherchent à loger temporairement certains de leurs personnels, en déplacement de moyenne ou longue durée (stages, formations, missions, salons, etc.), dans des conditions moins onéreuses que l’hôtel.

Pour les 20 % restants, les raisons de leur séjour en meublé parisien sont variables : des travaux dans leur logement habituel, des motifs familiaux (séparation, divorce), la nécessité d’assister un proche hospitalisé, etc.


Une clientèle très internationale

L’attractivité parisienne ne se dément pas. Les nouveaux locataires en meublé du 4e trimestre 2012 viennent de France à 32 % et du reste du monde à 68 %. L’Union Européenne constitue la première provenance étrangère (31 %), devant l’Asie (12 %), l’Amérique du Nord (10 %) et l’Amérique du Sud (7 %). La répartition globale se décompose donc à peu près en trois tiers : France, Europe hors France et reste du Monde.