Enquête auprès des propriétaires de meublés parisiens

>> Retour à la liste des communiqués de presse


37% considèrent que la loi ALUR n’a pas eu d’impact sur leur activité


A Paris, quelques 17 000 propriétaires proposent des locations meublées temporaires*. L’agence immobilière Lodgis, spécialiste de la location meublée à Paris, a étudié de plus près ces bailleurs de la capitale : quelles sont leurs motivations, comment les récentes évolutions de la réglementation impactent leur activité, et qui sont-ils ?

Chiffres clés de l’étude :

  • 84% des propriétaires investissent en meublé pour obtenir un complément de revenu
  • 88% préfèrent la location meublée à la location vide pour sa souplesse juridique
  • Suite à la loi Alur, 52% des propriétaires ont choisi de poursuivre leur activité avec des adaptations
  • Plus de la moitié (52%) des locations meublées sont conclues pour une durée de plus de 6 mois

Enquête menée auprès de 6500 propriétaires pour la partie « Qui sont-ils ? » et auprès de 106 propriétaires sur la période du 18 août au 9 septembre 2016 pour les autres points abordés dans l’enquête.


Quelles sont leurs motivations ?


Contrairement aux idées reçues, les propriétaires ne s’orientent pas vers le meublé uniquement pour son régime fiscal avantageux. Il s’agit avant tout de compléter leurs revenus pour disposer d’une plus grande aisance financière (84%) et de bénéficier de la souplesse juridique de ce type de location (88%).

Effectivement, l’attractivité de la location meublée par rapport à la location vide, s’explique par sa plus grande flexibilité : les durées de bail sont plus courtes et les préavis sont moins longs. La typologie de locataires, qui présentent un profil plus sûr limitant le risque d’impayés, est également un argument plébiscité par 43% des propriétaires de meublés.

La fiscalité avantageuse de la location meublée reste une motivation importante, puisqu’elle se place en seconde position des réponses aux deux questions posées (respectivement à 72% et 69%). Il est également intéressant de souligner que les propriétaires bailleurs envisagent leur activité de loueur en meublé comme un placement pour l’avenir : au-delà du rendement actuel, ils cherchent avant tout à se constituer un patrimoine (68%) et à anticiper leur retraite (61%).


Comment l’évolution de la réglementation impacte leur activité de LMNP ?


De nombreux scenarii concernant la réaction des propriétaires ont été envisagés suite à la promulgation de la loi Alur. Plus de deux ans se sont écoulés et les effets de cette réglementation semblent limités : 37% des sondés déclarent qu'il n'y a pas eu d'impact sur leur activité.

Pour autant, plus de la moitié (52%) des propriétaires interrogés indiquent poursuivre leur activité de location meublée tout en réalisant des adaptations. C’est ainsi que 82% d’entre eux affirment être plus rigoureux sur la sélection des locataires, quand 62% appliquent un complément de loyer. L’entretien du logement est également moindre pour 43%. Seul 17% des propriétaires ayant adapté leur activité à la réglementation ont diminué le montant du loyer. Devant ce constat, on peut alors se questionner sur la réelle efficacité du dispositif, visant initialement à favoriser les rapports locatifs et à limiter l’augmentation des prix.

Suite à l’entrée en vigueur de la loi Alur, 11% des bailleurs de biens meublés à Paris ont fait le choix de stopper leur activité. Parmi les motifs invoqués, la vente du bien (63%) et la mise en location vide (19%) représentent les principales conséquences de l’arrêt de la location meublée. Pour 18% des sondés, le logement a été retiré du marché locatif, certainement soit pour y élire domicile en tant que résidence principale soit en tant que pied-à-terre occasionnel... Quand on sait que les logements vacants sont dans le collimateur des pouvoirs publics, les effets escomptés ne semblent pas au rendez-vous.


Qui sont les propriétaires de meublé parisien ?


Ces bailleurs habitent dans 48% des cas en région parisienne. Les résidents hors Ile-de-France sont également bien représentés avec 41%, tandis que les propriétaires expatriés ou étrangers constituent 11% des bailleurs.

Les biens loués meublés sont généralement des petites surfaces (studio à 46% ou 2 pièces à 40%). Les grands appartements familiaux de type F4 ne représentent que 3% des biens loués en meublé.

La majorité des contrats de location meublée (52%) sont conclus pour une durée supérieure à 6 mois. Viennent ensuite, quasiment ex-aequo, les biens loués en résidence principale (21%) et les locations dont la durée varie entre 3 et 6 mois (20%).

La grande majorité des propriétaires (87%) entretient de bonnes ou très bonnes relations avec leur locataire, même si les rapports sont tendus voire conflictuels pour 13% d’entre eux.



* Etude Opinion Way/FNAIM 2012



A lire également :