Loueur en meublé : Portrait des investisseurs

>> Retour à la liste des communiqués de presse


Louer vide ou louer meublé ? Les bailleurs sont de plus en plus nombreux à être tentés par la location meublée. En 30 ans, l’offre a presque triplé, passant de 3,6% à 9,5%, répondant ainsi à une demande qui ne cesse de croître. Mais qui sont les bailleurs en location meublée ? Lodgis et le site jedeclaremonmeuble.com, tous deux spécialisés dans ce secteur, ont analysé le profil de près de 3 000 propriétaires bailleurs en location meublée.

Premier enseignement de cette étude : parmi les propriétaires bailleurs en location meublée, seuls 6.3% sont des étrangers. Et ceux-ci sont avant tout des expatriés hexagonaux.

La localisation, un critère primordial


Comme toujours dans le cadre d'un investissement locatif, la localisation est essentielle. Sans surprise, les biens en location meublée sont situés dans les régions françaises les plus dynamiques. Ainsi, Paris et la région parisienne concentrent près de la moitié des biens (47,8%), puis, dans un mouchoir de poche, l’Auvergne-Rhône Alpes (10,8%) et la Provence-Alpes-Côte d’Azur (10,3%). Le choix est stratégique : ces trois régions sont des pôles universitaires et touristiques importants et, à elles seules, concentrent la moitié du PIB de la France(1).


Petites et moyennes surfaces avant tout


Près de la moitié des biens ont une valeur inférieure à 150 000€ confirmant les statistiques sur les superficies en meublé, puisque 63% comptent moins de 30m2(2). Ce sont ces surfaces qui se prêtent le mieux pour accueillir des locataires en meublé : étudiants, professionnels en mobilité, ou touristes en visite dans l’hexagone. Seul, 6% des biens ont une valeur supérieure à 500 000€.


Le régime réel, plus avantageux dans 85% des cas


Les recettes moyennes annuelles sont de 6 819€, soit un loyer mensuel moyen de 568€. Quant aux charges moyennes annuelles, celles-ci représentent 4 878€ (en dehors de la première année(3)). La rentabilité brute est de 4.5%.
En optant pour le régime réel, le propriétaire bailleur peut non seulement déduire toutes ses charges de ses recettes annuelles, mais également amortir la valeur du logement (hors terrain) à hauteur de 2,5 à 3 % par an, ainsi que l'ensemble des meubles et équipements d'une valeur supérieure à 500 €. Dans 85% des cas, la déclaration au régime réel est plus avantageuse que celle en micro-bic, et elle permet au propriétaire de se constituer un patrimoine immobilier tout en percevant des revenus locatifs non fiscalisés de l'ordre de 2 000 € par an en moyenne.


Pour guider les propriétaires dans leurs démarches administratives et les aider à choisir le régime fiscal le plus avantageux, le site jedeclaremonmeuble.com de Lodgis met gratuitement à la disposition des internautes un simulateur, permettant de calculer le montant de l’impôt pour chacun des deux régimes en fonction de la situation personnelle du loueur (valeur du bien, charges, loyers).


(1) https://www.insee.fr/fr/statistiques/fichier/1372996/FST15_f_Panorama_Regions.pdf.
(2) http://politiquedulogement.com/dictionnaire-du-logement/l/location-meublee/
(3) La première année, les charges sont plus importantes car elle inclut les frais liés à la transaction (agence, notaire, etc.)

A lire également :